Le bon du E-commerce

Quels sont les avantages du e-commerce ?

Si l’e-commerce est devenu omniprésent dans notre quotidien cela est dû aux nombreux avantages qu’offre ce mode d’achat. Que cela soit pour des produits courants, des biens d’équipement ou pour l’achat de produits personnels, l’e-commerce est perçu comme :

  • Plus comparatif
  • Plus rapide
  • Plus pratique
  • Plus économe

… Par rapport aux méthodes d’achat plus « classiques » comme l’achat en magasin.

À l’aide de ce nouveau modèle économique, une multitude de sites collaboratifs a vu le jour afin d’offrir des services jusqu’alors inexistants. Les sites comme la réservation d’hébergement auprès de particuliers (Air BNB), les sites de covoiturage et de taxi (Blablacar et Uber) ou bien les réseaux qui mettent en liaison le consommateur directement avec le producteur (vente de fruits & légumes) ont pris une véritable place dans le quotidien de nombreux individus. L’e-commerce fait parti des acteurs qui favorise le développement du commerce C to C

Approfondir ses connaissances en E-commerce

Les 5 sites marchands les plus visités (par mois) en France sont les suivants :

  • 1ère place : Amazon avec 23.5 millions de visites
  • 2ème place : Cdiscount avec 16,6 millions de visites
  • 3ème place : la Fnac avec 13,2 millions de visites
  • 4ème place : Voyage SNCF avec 12,1 millions de visites
  • 5ème place : Vente-privée avec 11,1 millions de visites

La fréquence d’achat en ligne est en perpétuelle progression, sur la période d’un mois, 53% des internautes ont au minimum effectué un achat en ligne. De plus, ce sont 2000€ qui sont dépensés sur une année par un acheteur à l’aide de ses 28 transactions en lignes en moyenne.

Les domaines d’activités les plus intéressants sont :

  • L’habillement / la mode / les chaussures
  • Les produits culturels
  • Les voyages / le tourisme

Les Français sont les 3èmes plus gros commerçants en B to C derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne avec un chiffre d’affaires de 81.7 milliards d’euros en 2017.

L’évolution de l’e-commerce est un véritable outil stratégique pour croiser ses canaux de distribution : selon « Profil du e-commerçant spécial TPE-PME », une augmentation de 40% du chiffre d’affaires des magasins physiques est notable à l’aide d’un site commerçant.

…et après ? Quel avenir pour le e-commerce ?

Le e-commerce a encore une forte marge de progression et beaucoup de concepts sont encore à exploiter ou sont en cours d’exploitation :

  • 22% des e-acheteurs se sont déjà rendus dans un point de vente suite à la réception sur leur mobile d’une offre ciblée géolocalisée.
  • Encore de nombreuses opportunités sont encore exploitables à l’aide de réseaux sociaux :
    • 45% découvrent de nouveaux sites marchands et produits
    • 41% laissent des avis
    • 25% entre en relation avec le site marchand
    • 24% font des achats sur internet du produit / service

(=> Pourcentage d’e-acheteurs actifs sur les réseaux sociaux)

  • 29% des e-acheteurs se rendent sur un point de vente pour récupérer leur commande via le système de click & reserve
  • 29% en profitent pour acheter d’autres produits dans ce point de vente / relais.

Très fonctionnel avec encore beaucoup de potentiel, il faut garder de vue que l’e-commerce n’est qu’un marché supplémentaire dans le paysage économique français. Pour encore une majorité de consommateurs, le magasin reste la principale référence pour aller faire ses achats. Nombreux sont les individus qui ont besoin de  »toucher »,  »visualiser » le produit. Le contact humain et le conseil sont encore indispensables lors du processus d’achat.

Les inconvénients du commerce électronique

Les inconvénients du commerce électronique

Le e-commerce peut également présenter certains inconvénients pour les entreprises et les clients. Ceci dépend en grande partie de l’industrie dans laquelle vous exercez votre activité et des capacités dont vous disposez.

  • Mise en œuvre complexe : la construction d’une infrastructure numérique demande du temps et de l’argent. Tous les petits détaillants n’ont pas le savoir-faire ou les capacités humaines et financières requises pour mettre en place une boutique en ligne ou gérer de manière régulière leurs médias sociaux. Il ne sert à rien d’entretenir un site Web par intermittence. Par ailleurs, les modalités d’expédition et les plaintes peuvent constituer de gros freins dans le domaine du commerce en ligne.
     
  • Expertise et travail sur la publicité : pour évaluer dans quelle mesure vous pourrez économiser des coûts, il est nécessaire de prendre en compte l’industrie dans laquelle vous travaillez. Sur des marchés très concurrentiels, les entreprises doivent se battre bec et ongles pour attirer l’attention sur le World Wide Web. Une simple campagne publicitaire Google AdWords n’est pas suffisante. De plus, avec les smartphones et les médias sociaux, la durée d’attention des utilisateurs est devenue plus courte. Quant au marketing sur les moteurs de recherche (SEO), il nécessite du savoir-faire ou parfois le soutien plus onéreux d’une agence spécialisée. Ici, les petites entreprises n’arrivent généralement pas à concurrencer les grandes entreprises.
     
  • Concurrence accrue et pression sur les prix : le commerce mondial en ligne a fait croître le nombre de concurrents de manière exponentielle. Si l’offre dépasse la demande, une pression énorme est portée sur les entreprises dans leurs stratégies de prix. Les portails de comparaison des prix permettent de plus aux consommateurs de choisir l’offre la moins chère en quelques clics. Du point de vue des entreprises locales, il est très difficile, selon les industries, de s’opposer à de telles guerres de prix et de générer des profits.
     
  • Manque de conseils personnalisés : tous les détaillants en ligne ne peuvent offrir un service à la clientèle 24 heures sur 24 ou disposer des ressources nécessaires pour intégrer des chat-bots à leur site Web. Contrairement à la traditionnelle boutique en physique, le client n’aura pas de contact direct pour être conseillé. Des conseils d’achat promulgués par un personnel formé restent encore plus efficaces que ceux envoyés par chat. Le e-commerce ne peut remplacer complétement les conseils sur place, en particulier pour les produits et services qui nécessitent beaucoup d’explications et éventuellement une démonstration, comme un équipement de trekking ou des appareils médicaux.
     
  • Mise à mal des commerces en propre: le commerce Internet en plein essor se fait aux dépens des détaillants en boutique. De nouvelles stratégies doivent être développées par les boutiques physiques qui voient le nombre de leurs visiteurs diminuer. On pense notamment aux librairies, qui souffrent drastiquement du succès du géant Amazon.
     
  • Sécurité de paiement et protection des données : certains internautes continuent d’éviter les achats en ligne pour des raisons de sécurité ou parce qu’ils ne souhaitent pas communiquer leurs données personnelles. Toutefois, le nouveau règlement de base sur la protection des données de l’UE vise à définir des règles plus strictes et sanctionne les infractions par de lourdes amendes.

Le E-commerce

UN MODE DE TRANSACTION ATTRACTIF

Le succès du e-commerce se base inévitablement sur les cyberacheteurs qui se multiplient et se diversifient. De tous âges et de toutes catégories sociales, les internautes adhèrent de plus en plus à ce mode d’achat et de vente en ligne.

Les avantages sont en effet indéniables. Il suffit à l’utilisateur de taper sa recherche de produit sur un moteur de recherche pour voir se multiplier les réponses à sa requête. Pas besoin de faire le tour de plusieurs magasins dans l’espoir de trouver un produit spécifique, le moteur de recherche donne un résultat correspondant au mot clé utilisé. Pour l’utilisateur, c’est un gain de temps considérable qu’il mettra à profit pour comparer les prix et les produits des différents sites de vente en ligne.

L’accès immédiat à l’information est le propre d’internet et permet maintenant aux utilisateurs d’obtenir des informations très complètes sur le produit, ainsi que les avis des clients qui ont déjà fait l’expérience d’un achat de ce produit sur un site donné. Les cyberacheteurs fonctionnent comme une communauté qui sera à même de juger de la qualité du produit à son arrivée ainsi que du service de l’entreprise fabricante. Les sites de vente en ligne ont aussi l’avantage considérable d’être disponible partout et à toute heure. Les internautes peuvent par exemple faire le choix de s’acheter des chaussures sur internet en plein milieu de la nuit s’ils en ont envie.

Au-delà du gain de temps, les utilisateurs cherchent aussi à économiser financièrement. Et la vente de biens low-cost sur internet est florissante. Les produits sont parfois vendus des quatre coins du monde à des prix très compétitifs voire parfois insignifiant pour le consommateur. Si les frais de port peuvent parfois atteindre des sommets, les internautes sont attirés par l’accessibilité des prix de ces produits et de la diversité de choix qui leur est proposé. Un engouement qui n’a pas fini d’évoluer en faveur d’une digitalisation des transactions commerciales.